À mon enterrement, je me souviens…

À mon enterrement, je me souviens…

Par Christine Ducarne

Publié le 30/04/15
Collection Classique
Des témoignages de mort imminente rapportent les mêmes faits : les personnes sont attirées par un tunnel de lumière blanche et leur vie qui défile comme un film en accéléré. Les scientifiques tendent à expliquer ce phénomène par une réaction biochimique du cerveau.

Pour PJ’, pas de tunnel mais son cercueil devant l’autel de l’église en plein déroulement de la cérémonie de son enterrement.

Pour PJ’, pas de lumière blanche mais ses souvenirs qui éclatent comme des bulles à la surface d’eaux troubles. Des eaux noires comme son passé qui, lui, reste trouble.

PJ’ va-t-il voir défiler toute sa vie et sa fin ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *