Alger la noire, Maurice Attia

Alger la noire, Maurice Attia

 

 

 

Alger la noire, le polar noir de Maurice Attia est à lire ou à relire en livre de poche. 

 

 

 

 

 

Il a été adapté en bande dessinée par Jacques Ferrandez.

La note de l’éditeur : Alger la noire

Alger, 1962 : un monde finit de se décomposer, bientôt l’Algérie sera indépendante et l’ORS mène son baroud d’honneur. Sur la plage de Padovani, à Bâb-el-Oued, deux gamins ont trouvé les corps d’Estelle et de Mouloud : une balle dans le coeur pour elle, une autre dans la nuque pour lui et trois lettres gravées sur son dos… Paco Martinez, inspecteur de police qui refuse envers et contre tous de prendre parti dans cette guerre, va, avec un acharnement dérisoire, s’emparer de cette affaire pour échapper à la guerre civile et fuir le chaos de son univers. Epaulé, un temps, par Choukroun, son coéquipier et ami, puis par Irène, sa flamboyante maîtresse, Paco, fils d’un anarchiste espagnol assassiné durant la guerre d’Espagne, sera inévitablement rattrapé par son histoire lorsque sa grand-mère, sombrant, à l’image de la ville, dans la démence, lui fera perdre quelques illusions. Menant son roman noir à quatre voix, l’auteur nous entraîne dans l’univers glauque d’une famille de la bourgeoisie algéroise, avec ses secrets, ses perversions et ses conflits de loyauté. Mais qu’importe alors la mort de deux individus, quand, à Bâb-el-Oued, la folie et le désespoir engendrés par les « événements d’Algérie » forcent des êtres résignés à tout abandonner ou à tout détruire ?

Alger la noire, Maurice Attia, Roman (poche). Paru en 02/2006 : 9,70 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *