Attrait du vide

Attrait du vide

Par Jean-Marie Pieri

Publié le 23/07/12
Classique
Le sens du tragique ne laisse jamais l’esprit en repos : confusion et trahison se succèdent, bousculent l’équilibre des choses. Mélancolie, plain-chant chiffonnent cruellement le tissu de l’existence.
L’ivresse transperce le champ des regrets, le sang s’écoule d’abord faiblement, puis la faille s’agrandit, creuse une déchirure, n’attendant que l’instant propice avant de frapper au cœur.
Tristes velléitaires du mot, l’hypallage- emballage hydrocéphale, la synecdoque anecdotique, le bonheur ignore ce que l’on possède déjà et néglige ce que l’on recherche passionnément.