Ce foutoir est pourtant mon pays

Ce foutoir est pourtant mon pays

Par Alphonse Chardin N’kala

Publié le 29/04/15
Collection Classique
Dans ce récit, l’auteur décrit la vie quotidienne dans les sociétés d’après-guerre, là où la violence et l’arbitraire prennent le dessus sur la quiétude des populations. Quand le tribalisme et ses nombreuses conséquences, s’en mêlent, il faut avoir de bonnes raisons de rester optimiste quant à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *