Ce fut toute une saison de roses…

Ce fut toute une saison de roses…

Par Frédéric Wagner

Publié le 28/05/15
Collection Classique
Tout au long de ce recueil de poèmes se manifeste le besoin déchirant d’aimer et d’être aimé. Qu’il soit présent ou recherché, l’amour est soit supplice, soit délice. La sensualité, la quête d’absolu, la contemplation, la musique sont de puissants contrepoisons. Mais le poète romantique ne se résout pas au néant : il l’entrevoit en toutes choses et le sublime. Il avance dans le temps.

Les voix de cantatrices chères, l’espoir d’une éternité possible, l’observation des êtres et de la nature, l’amitié parfois heureuse, les voyages plus ou moins lointains apportent une note positive au constat amer du poète devenant misanthrope. Le monde ne l’accueille pas mais lui, magiquement, accueille le monde à travers un spectre plus ou moins étroit, ouvrant à quelque infini.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *