À celles d’hier…

À celles d’hier…

Par Jean PICOT

Publié le 07/07/15
Collection Classique
Il court, il court, Stéphane, après le bonheur, de vivre, d’aimer, d’être aimé. Il est affamé d’amour, il croque la vie à pleines dents, à coups de frime et d’esbroufe, le cœur éperdu, en fête, en détresse endeuillée, sur fond de mort, de disparitions, de règlements de comptes. Il a connu son premier gros chagrin d’amour à neuf ans puis continué sur sa lancée, tombant chaque fois de plus en plus bas, tantôt chien perdu sans collier, tantôt conquérant à la poursuite d’une inaccessible étoile, à travers mai 68, le mouvement hippie, la Révolution des Œillets, de Paris à Londres, de Londres au Portugal, puis en Italie, en Grèce, au Brésil, à Bangkok, Singapour et Hong Kong où il finira par se perdre. Et découvrir que le bonheur n’est pas une destination, mais une façon de voyager…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *