Cenklifus, une âme nue

Cenklifus, une âme nue

Par Nacer Henine

Publié le 02/06/15
Collection Classique
Dessiner, peindre, écrire et puis dire les choses. Parler du beau, le raconter, le narrer, quelle belle aventure ! Trouver les mots les plus appropriés, les plus justes, opération oh combien délicate ! Le problème semble ne pas se poser pour Cenklifus, ce fou errant, ce philosophe de pacotille, cet être venu de nulle part.

Cenklifus parait être né pour dessiner. Un bout de craie, un coin de sol et il offre un petit chef-d’œuvre qu’il accompagne de quelques mots balancés à la va-vite au visage des curieux qui se sont arrêtés pour contempler l’homme en guenilles à l’œuvre. Ses coups de craie sont brusques, violents, rapides, trahissant sa mauvaise vie ou plutôt sa mauvaise santé mentale. Sa main, elle, ne tremble pas. Serait-elle un membre autonome de son corps et de son cerveau si incontrôlables ?

« Mais qui est Cenklifus ? », « D’où vient-il ? » : telles sont les questions que se pose la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *