Chronique d’un amour qui mourut avant que de vivre… et qui naquit de sa mort même

Chronique d’un amour qui mourut avant que de vivre… et qui naquit de sa mort même

Par Edith Callet

Publié le 07/02/14
Collection Classique
Une femme solitaire, Léonore, quelques années après un divorce. Un homme seul, Antoine, des années après un accident de santé qui lui a coûté ses jambes. Ils se rencontrent sur un site, se plaisent. Quelques mois de rendez-vous téléphoniques. Elle monte à Paris faire sa connaissance. Ils reprennent goût à l’espoir et se séparent juste avant les fêtes de Noël prévues dans leurs familles respectives. Le 28 décembre, foudroyé par une pancréatite aiguë, il meurt. Anéantie de douleur, Léonore s’accroche à leurs minces souvenirs et reconstitue le passé de cet homme grâce à son ancienne compagne, Clélia. C’est leur histoire tissée dans une correspondance échangée avec les amis anciens et nouveaux qui se soutiennent tous pour survivre à cette perte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *