Céline, l’éternel incompris

Céline, l’éternel incompris

Par Carnaud Atomo Mengue

Publié le 18/02/14
Collection Classique
C’est un essai dans lequel je fais la lecture thématique de l’une des œuvres majeures de Louis Ferdinand Céline: Voyage au bout de la nuit. Mon travail est de démontrer que malgré son appartenance à la famille des « écrivains maudits », Céline a fait œuvre utile et cathartique en présentant à l’humanité ses propres plaies béantes et suintantes, dans l’optique de lui faire prendre conscience de sa méchanceté, mais aussi de sa vulnérabilité. Ma recherche le dédouane des intentions gratuites qu’on lui a prêté d’aimer la violence aveugle, en faisant la démonstration que l’homme déteste se regarder dans une glace. Céline lui présente cette glace pour qu’il se soigne de sa malveillance, en vue, peut-être d’un monde nouveau « au bout de cette nuit ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *