De l’amour en friche au jardin d’Éden

De l’amour en friche au jardin d’Éden

Par Dominique Forlini

Publié le 20/03/12
Classique
Les chats noirs, par superstition ou par ignorance, ont de tout temps inspiré la méfiance et la crainte, mais je peux vous assurer que ma petite Moumoune n’avait rien de diabolique. Il m’avait suffi de savoir l’amener à donner le meilleur d’elle-même pour recevoir des torrents de tendresse en retour. Débarquée dans ma vie en plein chaos familial, alors qu’elle vivait à l’état sauvage, cette petite boule de poils a laissé une empreinte indélébile. Sa progression dans le monde des humains fut une expérience riche en émotions où se mêlèrent rires et larmes.