De l’amour et du temps

De l’amour et du temps

Par Sylvain Kovacs

Publié le 02/08/12
Classique
La nuit prenait son temps installée sous ma plume comme sous l’arc-en-ciel, envieuse de ce soleil couleur pourpre et argent à nul autre pareil, et passant quelques fois mes larmes dans son secret, toutes nues que Rodin en aurait fait un marbre, le souvenir enfin précisa sa douleur. L’encre ainsi qu’une étoile Isa parla d’amour, je la revois encore glisser sur le papier mes rêves de petit homme, et leurs mots nonchalants de cette idée prirent corps. Dans ce jardin perdu où naissent de ces fleurs rares caressant la beauté, assis sur l’éphémère contemplant à la fois le mystère dévoilé et ses chemins de songe, je me suis promené alors dans le sublime. Lorsque soudain… à mon réveil je vis un livre dans la clarté, et constatant au fond qu’il était cette empreinte que j’ai laissé au sable, je vous le donne à voir à lire ou à chanter avant qu’une autre écume l’efface sans un regret.
Au soin d’autres voyages.