De Naoned à Montilla

De Naoned à Montilla

Par Cédric Velleine

Publié le 04/03/14
Collection Classique
Ce que l’on perd est perdu, une bonne foulée n’y change rien…

« Sauras-tu oublier ces heures douloureuses et revenir vers moi ?
Je n’ai aucune certitude mais saches que c’est mon plus grand vœu. J’aimerais seulement qu’on puisse reprendre le cours de notre existence, ensemble.
Mon fils, reprends ta place ! »

« La fin m’a particulièrement atteinte. C’est beau et terrible. » Amélie Nothomb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *