De personne

De personne

Par Patricia Leroy

Publié le 04/07/12
Classique
« – Je ne vais rien écouter du tout. C’est toi qui vas m’écouter.
Tu sais, j’ai passé une soirée fabuleuse hier, et quoi que tu en dises, toi aussi. Je te connais, tu sais. J’ignore combien de temps tu vas continuer à fuir, j’en sais rien du tout, mais je trouve ça drôlement triste. Tout te fait chier. Les banquiers, les clients, les mecs qui te draguent, les patrons tatillons, le quotidien. La moindre petite contrainte te met dans tous tes états et tu te fais la malle comme si t’étais une femme libre. Mais t’es libre de rien du tout Sarah, tu rêves ! T’es complètement prisonnière de tes croyances à la con et tu ne te laisses pas la moindre petite chance d’être heureuse.
Mais quand t’en auras marre de castagner tout le monde, tu te mettras peut-être à chercher les raisons de ta colère. Et crois-moi, ce ne sera pas du luxe. »
Parce qu’il est compliqué d’être la femme de quelqu’un quand on a été la fille de personne, Sarah tente, entre whisky et pétages de plombs, de guérir de ses plus intimes démons.
L’amour l’aidera-t-il à trouver les réponses à ses questions ? L’alcool ? L’écriture ?
Rien n’est moins sûr. Il faut dire que Sarah est sacrément vivante.