Du premier saignement jusqu’au renoncement

Du premier saignement jusqu’au renoncement

Par Irène Malavialle

Publié le 13/01/12
Classique
« Est-ce si tragique d’avoir passé toute une vie : de la naissance à la vieillesse et, probablement à la mort dans un même lieu ? Est-ce si tragique d’avoir été dépossédée de son identité par un petit village qui, dès votre adolescence vous épie, guette vos faits et gestes ? Est-ce déraisonnable ce désir obsessionnel d’anonymat ? C’est l’histoire d’une petite fille magique, libre. Un envol de rires, de joies, de jeux. L’histoire d’une adolescente naïve qui découvre l’œil géant d’un petit village posé sur elle. Un œil qui ne la quittera plus. Ici, les rumeurs et les on-dit circulent comme portés par le vent. C’est l’histoire d’une femme de soixante et dix ans qui ne demande plus à son miroir : Suis-je belle ? Ce sont les chairs qui fléchissent et les désirs enfuis. C’est la sagesse mais aussi la redoutable indifférence. La tendresse a remplacé la passion. C’est la difficulté d’habiller les corps déformés. C’est l’histoire d’une vieillesse un peu aigrie, cruelle. L’autodérision avec fond de tristesse. Ce sont ces gens qui vous harcèlent à propos de vos obsèques avec des visages rieurs à la télévision ou par des publicités dans votre boîte à lettres. » Blessures de Femmes, portraits de femmes trahies, abandonnées, assassinées. Des femmes qui avaient attendu, espéré… en vain.