Du rififi dans la numérance

Du rififi dans la numérance

Par Laurent Aubin

Publié le 27/02/14
Collection Classique
Maman, lui avait dit : « Souviens-toi mon chéri, tu me ramènes la monnaie, hein ? ». Les deux mains enfoncées dans les poches décousues de son petit pantalon de tergal marron clair et trop court se rejoignaient dans son slip alors qu’il avançait traînant ses godillots dont les lacets étaient défaits, le visage renfrogné, dans la ruelle pluvieuse qui le mènerait à la boulangerie…
Cet ouvrage, ramassis d’un langage ordurier, laisse à César ce qui est à César : une dette, un fardeau. Si sa lecture ne s’avère pas insoutenable, c’est que c’est un échec et je ne peux dès lors que m’incliner plus humblement encore, et remercier le lecteur pour son courage, sa persévérance ou sa sympathie. Il contient par ailleurs de judicieuses remarques quant à la matrice numérique, son analyse et la raison pure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *