Et des yeux au seuil du tombeau

Et des yeux au seuil du tombeau

Par Nlend Alberto

Publié le 13/04/12
Classique
« Mon amour était un arbre géant
Il touchait la cime du bonheur sous le soleil
Il était luisant au point de me voler les yeux
Et d’aveuglement conduit jours et nuits
J’ai marché jusqu’au trépas
Mon amour était si grand que j’ai adoré l’exécrable trompeuse et admiré sous les cieux le pieu qui m’a taraudé le cœur
J’aurais voulu connaître ces hommes […] »