Feux follets de Ploërmel

Feux follets de Ploërmel

Par François Rozé

Publié le 17/02/12
Classique
Un appel téléphonique, véritable coup de tonnerre !
Un gendarme de la brigade routière a appelé pour prévenir Anne-Marie Coquenty que son mari, Eugène Coquenty, venait d’être victime d’un attentat, alors qu’il abordait la rocade sur l’échangeur Est de la ville.
– Est-il blessé, ou…
– Il n’a pas survécu, madame… Ses agresseurs le guettaient du haut du pont qui enjambe l’autoroute, et ont tiré plusieurs rafales… Son automobile est alors venue s’encastrer sur l’un des piliers. Lorsque les secours sont arrivés, il ne vivait plus ; atteint de plein fouet, il a été tué sur le coup. Arrivés très rapidement sur place, les pompiers ont évacué son corps en ambulance. À l’heure actuelle, il est à la morgue.