Humaine Conscience

Humaine Conscience

Par Sidibé Boubacar Belco

Publié le 22/08/12
Collection Classique
Nous désertons l’être humain, nous quittons la chair afin que le cruel de nous-mêmes monte au créneau. Le moral aveuglé nous décime de la racine la posture humaine devenue fardeau inéluctable. Malgré tout nous tenons le bon bout. Nous arrivons du bon côté de l’espérance, fermant à la clé les battants des temps à sa porte qu’aucune fatalité ne puisse nous menotter la foi qu’il nous coûte d’idéaliser à fond. Nous garderons en nous l’homme, nous garderons en nous la conscience afin que s’amène la paix dans un cycle féerique… Si vous n’aimez point la mort, n’en donnez pas aux soldats. Car le soldat est la lignée d’une famille, il est le germe d’une génération, il est le puzzle d’une société, il est la chair d’une population, il est au cœur d’une corporation, il est maillon d’une civilisation où sa vie vaut la peine d’être vécue… Aucune guerre n’a sa raison d’être, qu’il faille s’en défaire en est sûrement l’idéal. Naître c’est devoir au monde l’éthique de l’homme dans toute sa dimension naturelle et spirituelle. Alors que des peuples en ruine fondent en larmes et que leur sort se discute dans l’arrière cour, de fameux marchands de conflits armés se régalent à table, autour de plats garnis de pépites d’or, de cristaux de diamants hachés d’uranium, le tout arrosé de purée de pétrole et d’opium. C’est cela la vraie raison de la guerre, redoutable carnivore de l’espèce humaine. Pour vivre en nations vivons sans guerre…