Hyènes

Hyènes

Par Abderrazak Letaief

Publié le 30/04/15
Collection Classique
Ce roman est une allégorie. L’île « Aïn-Ennar » est un pays ; tout un pays sous le joug d’un homme, d’hommes qui ont fait souffrir d’autres hommes au nom de projets mal famés. C’est la souffrance de tous ceux qui sont de la trempe de ces insulaires dont parle mon roman qui est relatée. Les événements sont le reflet d’une certaine réalité ; une réalité de ce que les miens ont vécu. L’enseignant dont il est question est l’homme de culture, le battant, le résistant qui cherche à changer les choses en dépit des périls. Il a été avec les siens pour les siens, pour cette île, pour que le bleu du ciel et de la mer demeure ce qu’il est : pur et limpide. « Aïn-Ennar » (ou « Source du feu » ) est un peu la terre, la terre qui donne vie, qui est la vie. « Aïn-Ennar » pourrait être tout pays, n’importe quel pays qui se cherche en ces temps menteurs, par un siècle où le mensonge est roi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *