Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm

Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm

 

 

 

Avec ce nouveau roman, Je vais passer pour un vieux con, Philippe Delerm se montre à la fois acide, drôle, emporté.

On découvre un écrivain qui aime infiniment les mots et ce qu’ils révèlent. .

 

 

 

La note de l’éditeur : Je vais passer pour un vieux con

« Je vais passer pour un vieux con », « Quand on est dedans, elle est bonne », « Je vais relire Proust », « Les mots sont dérisoires »… Oui, dérisoires, les mots le sont sans doute : banalités lancées sans même y penser, petites phrases toutes faites qui viennent combler les trous de nos discours automatiques. Et pourtant, comme elles disent de nous – de nos faiblesses, de nos suffisances, de nos complicités, tous ces révélateurs de notre comédie humaine. Admirateur de Saint-Simon et de Proust, Philippe Delerm se plaît, comme eux, à poser le doigt sur les travers de ses contemporains, sur les détails dont on fait un monde. Lecteur de Jules Renard (particulièrement de son Journal) et La Bruyère, il a le goût des portraits et des petites phrases qui dévoilent l’esprit d’une époque. On connaissait Delerm observateur, promeneur amusé ou nostalgique. On le découvre parfois acide, drôle, emporté. Les mots sont pour lui une affaire sérieuse. Au fond, rien n’est jamais dérisoire.

Je vais passer pour un vieux con et autres petites phrases qui en disent long, Philippe Delerm, Roman (broché). Paru en 09/2012 : 14,50 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *