La Cour des grands ou les indépendances vues d’Afrique

La Cour des grands ou les indépendances vues d’Afrique

Par Man Bene

Publié le 08/07/15
Collection Classique
Toutes les histoires d’amour ne se ressemblent pas. Dans ce récit palpitant, deux adultes font du langage un champ d’expérimentation de leur pensée intérieure. Leur intelligence est un atout au service des réflexions humanistes. Au demeurant, l’argument de l’amour qui lie Metoum à Louise, ou vice versa, introduit le lecteur dans le contexte de la séduction entre personnes de culture élevée. Bien plus, le romancier utilise le prétexte de cet argument pour questionner les problématiques, encore actuelles, de la Françafrique, de la néobourgeoisie tropicale, du sort des langues et cultures africaines devant l’hégémonie étouffante d’une mondialisation suspecte. Dans ce roman, aimer n’est plus un acte charnel mais intellectuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *