La croix de l’homme mort

La croix de l’homme mort

Par Pierre Marlet

Publié le 19/03/12
Classique
L’histoire, inspirée par un fait-divers authentique, se déroule en Auvergne, durant la période troublée de la Révolution française, après la fin de la monarchie capétienne.
C’est sur la route qui relie Ambert à Montbriser, à travers les Monts du Forez, plongeant sur la vallée de la Loire après le hameau de la Cateyssone, que fut perpétré, en 1794, l’assassinat du maître-papetier Thomas Richard. Une petite croix en fer forgé fut érigée à l’emplacement du crime, pour perpétuer le souvenir de cet attentat. Le site prit alors le nom de col de la croix de l’homme mort.
Le récit relate les us et coutumes des papetiers de la région ambertoise à cette époque et la vie d’Edouard, chiffonier à Amplepuis, qui évolue difficilement au sein de cette société. C’est après être parvenu à caser son fils Henri comme apprenti à la papeterie de La Boule, propriété de la famille Richard, que ses ennuis commencent. Le jeune homme tombe amoureux de la fille du Piaroux, l’intendant du domaine agricole de la fabrique. Celui-ci, qui envisageait de la marier avec Thomas Richard, le fils du patron, ne voit pas cette idylle d’un bon œil et met tout en œuvre pour arriver à ses fins. Les conséquences de ses manœuvres auront de lourdes conséquences…