La Tragédie de Roland

La Tragédie de Roland

Par Christian Fogaing

Publié le 19/03/15
Collection Classique
« — Ah ! Qu’où règne l’amour jamais nuit ne tombe. Que vois-je ! Alors ton transport pour elle t’empêche de voir la réalité. S’il vous plaît, mettez-y un terme.

— Oh ! Ma Chadelle. Ne vous en allez pas, ne me laissez pas seul. Épris de ton amour, je le suis pour la vie.

— Et vous mon fils, laissez aller ce parasite, tout doit à la fin revenir dans l’ordre.

— Et vous mon père, laissez jaillir l’amour de sa bulle, tout doit à la fin honorer les amours.

— Que oui ! J’avouerai les ragots les plus indignes et odieux ; je témoignerai et je confesserai à ce peuple en son entier tout le tort que lui a fait ce misérable : complots, détournements et corruption. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *