L’Asie Mineure et le culte des Romains de la fin de la République

L’Asie Mineure et le culte des Romains de la fin de la République

Par Pierre Allegrini

Publié le 28/02/14
Collection Classique
Différentes sources d’inspiration influencèrent l’adoration et le culte des Romains et l’utilisation du potentiel sacré d’Alexandre légitima leur pouvoir charismatique absolu. En Asie, placés au-dessus de l’humanité, des Imperatores et des Romains héritèrent du culte des souverains Séleucides et Attalides. Honorées comme des puissances supérieures, d’illustres personnes étaient vénérées car la culture romaine et les croyances orientales qui influençaient l’organisation sociale, admettaient la nature divine des gouvernants. L’auteur décrit entre autres le mécanisme favorisant l’adoration cultuelle des humains, il présente la conscience vive que les sociétés grecque et romaine avaient du sacré et démontre l’intégration du surnaturel dans la vie politique, celle des institutions et des cités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *