À l’asile, pièce de fous

À l’asile, pièce de fous

Par Alyssa Belghith

Publié le 29/06/15
Collection Classique
Le jour du carnaval, le roi des fous est porté en triomphe, les trouble-fêtes portés en terre, les carêmes-prenants envahissent la salle. Près des objets surannés et tristes, se dresse, sous la flamme incandescente du malheur, un rire hystérique, une joie déplacée, qui renaît des cendres du feu où l’on brûla jadis les sorcières et les folles. Tout tourne, et un dieu éternel ronchonneur, vient en bon deus ex machina ramasser les traces du chaos ambiant. Non : « Ceci n’est pas un personnage, ceci ne sera pas un personnage, ceci, ne veut pas en devenir un. Marque déposée. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *