Le Bouddha Amitâbha dans le bouddhisme chinois : croyances et pratiques spirituelles des origines aux Tang.

Le Bouddha Amitâbha dans le bouddhisme chinois : croyances et pratiques spirituelles des origines aux Tang.

Par Romain Cuny

Publié le 02/04/12
Classique
Cet ouvrage est la publication d’un mémoire de Master 2 qui a pour thème le culte du Bouddha Amitâbha au sein du bouddhisme chinois, de l’arrivée du bouddhisme en Chine jusqu’aux Tang (618-907). Ce Bouddha est très populaire dans les pays du Grand Véhicule depuis toujours, il est connu comme le Bouddha de la grande compassion qui fait renaître ceux qui ont foi en lui dans le monde du suprême bonheur.
La première partie est un rappel des racines indiennes du courant de la Terre pure (jingtu) avec l’étude de l’enseignement des deux grands maîtres indiens : Nâgârjuna et Vasubandhu.
La deuxième partie concerne le début de la transmission de l’enseignement en Chine avec une présentation de la doctrine des religieux éminents de ce courant : Tanluan (476-542), Daochuo (562-645), et Jingying Huiyuan (523-592).
La troisième partie est centrée sur les écrits du grand maître Shandao (613-681), qui a véritablement formé la doctrine chinoise de l’école de la Terre pure.
Dans la quatrième partie, il est question du culte d’Amitâbha au sein des autres courants bouddhistes chinois : le Chan, le Tiantai, le Zhenyan et le Huayan.
Dans la dernière partie, les similitudes doctrinales entre le bouddhisme de la Terre pure et le Taoïsme sont évoquées. Il s’agit d’une présentation des ressemblances au niveau de l’enseignement philosophique mais aussi au niveau religieux, notamment par la présence du culte de Guanyin au sein des pratiques cultuelles taoïstes.