Le chant de l’éternité Tome 3

Le chant de l’éternité Tome 3

Par Georges Hallet

Publié le 24/08/12
Collection Classique
Daniel Palatin, prince du Grand Khilgas, devin de renommée mondiale, a annoncé officiellement à l’O.N.U la naissance de l’Enfant Jésus dans la nuit du 2 au 3 mars 2027.
Les jours suivants, cette promesse d’évolution avec tout ce que cela comporte d’espoir va s’emparer des foules. Partout dans le monde, on chante, on danse, on prie, chacun à sa manière, dans toutes les langues, même en patois.
Ce tableau idyllique n’est que le calme qui précède la tempête.
A partir du soir d’une vilaine lune rousse et d’un vent maudit, une partition sauvage surgie de nulle part va mettre pendant plusieurs mois le feu aux poudrières religieuses. Une resucée farouche digne de l’ère moyenâgeuse. On frôlera l’irréparable…
Cette désolation en voie d’apaisement, Daniel Palatin va poursuivre sa mission : préparer la venue du fils de Dieu. Sans répit ni relâche, il va décrypter, puis mettre en œuvre la fameuse phrase énigmatique dont parle la Bible : « Au commencement était le Verbe ».
Pour atteindre son objectif : être entendu de Dieu, il conçoit, planifie et fait assembler un étrange appareil : “Un vibrateur acoustique”. Ce dispositif, d’une puissance inégalée, utilisera un mot de passe musical de 144 notes ainsi qu’une stupéfiante caisse de résonnance.
Pour financer ce projet aussi surnaturel que coûteux, il dévoilera l’entrée de la crypte secrète où est entreposé le fabuleux trésor des Templiers. Un magot que son oncle Albert va résumer en trois mots : « Ben merde alors ! ».