Le chapelet du rosaire de Baudelaire

Le chapelet du rosaire de Baudelaire

Par Jacques Arnault

Publié le 14/04/14
Collection Classique
Baudelaire, menant sa vie de bohème à la recherche du mal absolu, brûlera la chandelle par les deux bouts pour justifier sa descente aux enfers. Il ne connaîtra pas, de son vivant, son immense renommée de « poète maudit » mais les affres implacables d’une mort lente consécutive à une syphilis.
De son vivant, il fut, semble-t-il, tenté par un vif désir de repentance, notamment lors de sa venue à Lourdes où il tenta d’approcher le mystère de la foi. Sa conscience en émoi, tant meurtrie des souffrances de son rêve brisé de toutes ses turpitudes, c’est dans une église de Belgique que sa vie intellectuelle devait s’achever à la recherche de son salut, peut-être, recouvré dans l’instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *