Le coursier de Valenciennes, Clélia Anfray

Le coursier de Valenciennes, Clélia Anfray

 

 

 

Avec Le coursier de Valenciennes, Clélia Anfray signe son premier roman, repéré par le jury du Prix du premier roman.

 

 

 

 

La note de l’éditeur : Le coursier de Valenciennes

Simon Abramovitch ne ferait pas de vieux os à Valenciennes. Il remettrait le paquet à la famille – un poème et une lettre, autant dire pas grand-chose – et puis il rentrerait chez lui. Six ans déjà qu’il devait s’en acquitter. Mais il faut dire que ses affaires dans le commerce de chaussures ne lui avaient guère laissé de répit. C’était au camp de travail de Klein Mangersdorf que Simon avait vu Pierre Weill pour la dernière fois et c’était là qu’il avait fait le serment de restituer à ses proches ses derniers mots.

Dans cette ville ouvrière encore abîmée par la guerre, Simon ne s’imaginait pas tomber sur une famille bourgeoise. Artiste, dans son idée, ça n’avait pas le sou. Et là-bas, rien ne distinguait le vendeur du poète. Surtout, il ne s’attendait pas à découvrir dans l’enveloppe de Pierre un message d’une toute autre nature. Clélia Anfray.

Le coursier de Valenciennes, Clélia Anfray, Roman (broché). Paru en 08/2012 : 14,90 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *