Le Dernier Mot de la métaphysique

Le Dernier Mot de la métaphysique

Par Serge Druon

Publié le 25/07/14
Collection Classique
Le dernier mot de la métaphysique a été prononcé par Heidegger en 1929, lors de sa conférence inaugurale. Il dit que c’est le néant qui « néantit ». Cette parole n’a pas été pensée, articulée, développée jusqu’au terme. Il fallait enfoncer le clou. Comprendre, à partir de l’événement métaphysique, que le temps fait partie de la logique et que c’est la logique qui « néantit », amène la métaphysique à son terme et fait d’elle la phénoménologie même.
Le présent essai suit onze chemins différents qui mènent au même point de rupture, inaccessible à la science : onze expositions différentes de la métaphysique rendue à elle-même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *