Le dernier quart d’heure d’un bigorneau dans la vase

Le dernier quart d’heure d’un bigorneau dans la vase

Par Daniel Esvan

Publié le 05/05/15
Collection Classique

« Son corps meurtri se remet de séquelles dues à un AVC, mais son esprit reste alerte et créatif.
Au réveil, apathie et dépression menacent. Doute et découragement créent la confusion.
Son univers se restreint mais ses émotions se concentrent et ses sentiments s’aiguisent. Les convictions s’affirment avec plus d’intransigeance.
Son humour aide à colmater les brèches et à gommer les rancunes.
Ses joies sont rares mais ses plaisirs intenses. Culpabiltés et remords oppressent le héros mais sans amertume il reste lucide en tentant de comprendre et tout maîtriser.
Ses exaltations semblent vaines mais ses ferveurs persistent.
Résigné il affronte ses peurs avec détermination. […] »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *