Le Diable, tout le temps, Donald Ray Pollock : meilleur livre de l’année

Le Diable, tout le temps, Donald Ray Pollock : meilleur livre de l'année

 

 

L’Express vient de le dévoiler : La rédaction de Lire a élu, Le Diable, tout le temps, de Donald Ray Pollock, meilleur livre de l’année.

 

 

 

 

 

« Donald Ray Pollock décrit cet univers de cinglés avec une maîtrise éblouissante et une affection sincère. Il y a du Flannery O’Connor chez lui mais du Harry Crews aussi. Aucune scène ne paraît gratuite car l’ensemble est porté par une écriture éblouissante et un formidable sens de la description qui met le lecteur sous hypnose. » L’Express

La note de l’éditeur : Le Diable, tout le temps

Dans la lignée des œuvres de Truman Capote, Flannery O’Connor ou Jim Thompson, un roman sombre, violent et inoubliable sur la condition humaine.

De la fin de la Seconde Guerre mondiale aux années 60, les destins de plusieurs personnages se mêlent et s’entrechoquent.

Willard Russell, qui a combattu dans le Pacifique, est toujours tourmenté par ce qu’il a vécu là-bas. Il est prêt à tout pour sauver sa femme Charlotte, gravement malade, même s’il doit pour cela ne rien épargner à son fils Arvin… Carl et Sandy Henderson forment un couple étrange qui écume les routes et prend de jeunes auto-stoppeurs qui connaîtront un sort funeste…. Roy, un prédicateur convaincu qu’il a le pouvoir de réveiller les morts, et son acolyte Theodore, un musicien en fauteuil roulant, vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé.

Donald Ray Pollock s’interroge sur la part d’ombre qui est en chaque individu, sur la nature du Mal. Son écriture est d’une beauté inouïe mais sans concessions. Avec maestria, il entraîne le lecteur dans une odyssée sauvage qui marque durablement les esprits.

Donald Ray Pollock a été ouvrier pendant trente-deux ans dans une usine de pâte à papier avant de prendre le chemin de l’université et de l’écriture. Publiées en 2008 aux États-Unis, ses nouvelles (Knockemstiff, Buchet-Chastel, 2010) ont marqué l’avènement d’une voix majeure dans la littérature américaine contemporaine : Son premier roman, Le Diable, tout le temps, a été salué unanimement par la presse américaine et figure parmi les meilleurs livres de l’année 2011. Il est en cours de traduction dans une dizaine de langues.

Le diable, tout le temps,Donald Ray Pollock – Roman (broché). Paru en 02/2012 : 22€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *