Le hussard flamboyant

Le hussard flamboyant

Par Elie Couston

Publié le 20/11/13
Collection Classique
Après Marengo, Austerlitz et Eylau, Jean Mahut suit Napoléon sur son sentier de gloire. Il ignore encore que l’épopée qu’il vit va se transformer en cauchemar ; de hussard il va devenir, par la force des choses, un aventurier, un homme en quête de rédemption.
Extrait : « Quelques secondes plus tard un silence hurlant s’installa dans la clairière, il avait une densité extraordinaire au milieu du déchirement humain. Les deux filles d’Igor ressemblaient à des statues figées avec leurs yeux grands ouverts devant l’éternel. Une brève trouée découvrit la lune. Une belle clarté leva le voile sombre qui recouvrait la clairière. Le pieu au beau milieu de l’arène, le corps de Jean et les deux lances plantées sur lui, apparurent un bref instant ; l’image, saisissante et poignante, sembla alors irréelle, elle était un tableau de maître dans un décor de violence et de folie. Jean ne bougeait plus et ne présentait plus aucun signe de vie, mais il y avait un signe qui indiquait qu’il était encore en vie, un léger souffle à peine perceptible provenant d’un corps d’une résistance aussi dure que la roche des volcans. Le froid restait vif et indomptable. »

Cette fresque historique se déroule sur une période de 19 ans, d’aout 1794 à septembre 1813 ; 112 personnages s’y expriment et s’y débattent ; certains meurent, d’autres survivent, aux sons des tambours…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *