Le programme qu’il nous faut

Le programme qu’il nous faut

Par Yoland Strehl

Publié le 03/05/12
Classique
Cet essai politico-économique est un cri du cœur, un signal d’alarme et d’urgence. En cette période d’élections présidentielle et législatives, plusieurs enjeux majeurs se télescopent que les candidats ont à peine effleurés, tant leurs propositions apparaissent accessoires. L’accumulation d’occasions manquées par les responsables politiques d’oser faire preuve d’un peu plus de pédagogie et de courage devient exaspérante. Nous sommes dans des circonstances où l’on ne peut plus se permettre de refuser l’obstacle. Au niveau international, de lourdes hypothèques, réchauffement climatique, épuisement progressif et renchérissement des ressources naturelles, populations croissantes aspirant à élever leur niveau de vie, rendent problématiques la prolongation des modes de développement actuels. La régulation de la finance est également un enjeu international. L’Europe connaît par ailleurs une crise sans précédent. Elle est pilotée à vue par l’Allemagne en panne de projet alors que plusieurs pays connaissent de grandes difficultés financières. Enfin, la progression du niveau de vie des Français est l’une des plus faibles des pays développés depuis trente ans. Il n’est plus possible d’accroître la dette publique pour compenser cette situation. Notre compétitivité est bridée par le poids des dépenses publiques et sociales, dont l’efficience est très médiocre, et par une fiscalité démagogique qui plombe le secteur productif. Il est donc nécessaire de réformer en profondeur pour rétablir notre compétitivité et pour que la France retrouve sa crédibilité et sa capacité à donner le nouvel élan qui fait actuellement défaut à l’Europe. Et ce nouvel élan de l’Europe est lui-même une nécessité pour être écouté dans le monde et parvenir à impulser les coopérations internationales indispensables pour promouvoir des modes de développement durables sur l’ensemble de notre planète. Cette ambition globale est soutenue par un altruisme raisonné et une préoccupation forte pour l’avenir de nos enfants. L’exigence d’équité et la tolérance mutuelle sont les clés du renforcement du lien social nécessaire pour réaliser ces efforts.