Le Projet Atlas

Le Projet Atlas

Par Luc Mourel

Publié le 08/12/11
Collection Classique
À Washington, Scott McAnish, chargé de l’environnement auprès de John Bowfinger, Secrétaire d’État à l’Intérieur, ressasse en boucle les évènements à venir. Tout était-il bien prévu, les rôles bien enregistrés par les acteurs ? Il l’espérait, car ce jour fatidique était le dernier de quelques milliers d’autres pendant lesquels leur équipe avait minutieusement vu et revu les chiffres, les monceaux de documents que crachait « G », l’ordinateur Cray dont la puissance de calcul dépassait à elle seule celle de tous les cerveaux géniaux cumulés de l’humanité. Donc tout devait bien se passer. Enfin, en principe… L’ennui, c’est que le président des USA était entouré d’idéologues excités qui ne cessaient de mettre en avant la puissance, la technologie, la richesse américaine et qui ne doutaient de rien. Heureusement pour Scott, son patron John Bowfinger, ne faisait pas partie de ces optimistes. Pourtant il détestait les objections que Scott soulevait à tout propos, dans le cadre de son job. La bande de faucons de la Maison Blanche était persuadée que le « Projet Atlas » serait l’apothéose, la révélation devant le monde entier que les puissants États-Unis d’Amérique allaient enfin dominer la Terre ! Mais pas seulement les peuples, non, mais bien la Terre, Gaia elle-même… Car c’était bien de cela dont il s’agissait.