Les Chiens prennent les Cieux

Les Chiens prennent les Cieux

Par Marie Montserrat

Publié le 12/05/15
Collection Classique

Peut-on penser la mort en poèmes ?
Dans ce recueil divisé en neuf sections, est retracée l’oscillation des êtres entre Vice et Idéal : d’une part, les Chiens, symboles de la bassesse ; d’autre part, les Cieux, représentants des réalités d’en haut.
Dans la progression, assistez d’abord à un état des lieux, puis à la déception id est à la prise de conscience de la déchéance et de l’horreur. Vient alors la recherche de l’Idéal vers l’extérieur. Tout être pourra ensuite se raccrocher à des valeurs éternelles comme la Nature. Une réflexion s’ensuit, suivie d’une déclamation des plaintes communément formulées. On essaie de s’enfuir dans le rêve, bien que happés par l’oisiveté quotidienne, mais quand la mort doit nous prendre, on ne choisit ni le moment ni le lieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *