Les empreintes antinomiques

Les empreintes antinomiques

Par Cyrille Ouédraogo

Publié le 25/06/12
Classique
Cyrille Ouédraogo met en évidence dans Les empreintes antinomiques les forces redoutables de la femme et les faiblesses de l’homme, d’où les conséquences désastreuses dans les secteurs administratifs. Les étudiantes vendent leur charme en contrepartie de notes frauduleuses. Des officiers abusent de leur rang hiérarchique pour faire intégrer dans le corps de la gendarmerie les enfants sans niveau de leurs amantes. Les douaniers de mauvais aloi bravent les interdits du mariage pour donner satisfaction à leurs frasques. Au mépris de la déontologie professionnelle, ils détournent, à cet effet, des belles commerçantes qu’ils guettent pendant le dédouanement des marchandises. Au sommet, le président est un potentat tristement célèbre. Ayant pris le pouvoir par un carnage, il fait prévaloir la dictature. L’organisation officielle des élections démocratiques est officieusement truquée en amont et en aval pour régner à vie…