Les flots de larmes

Les flots de larmes

Par Samedi Emmanuel Dono Sibguet

Publié le 07/02/14
Collection Classique
« C’était à une époque où la grande sécheresse frappa notre village que je fis mon premier séjour sur la terre. Durant cette période la famine faisait rage à travers le village. Les pluies étaient rares. Les feuilles d’arbres jaunissaient et les arbres aussi se mouraient en grande vague. Bon nombre d’habitants du village désertaient et fuyaient vers d’autres villages environnants où la famine ne sévissait pas encore. Ceux qui restaient, n’avaient que du désespoir en eux. Ils attendaient leurs morts prochaines. Mon père fut parmi ceux qui acceptaient de mourir dans leur village. Mon père ne craignait rien et affrontait la famine. S’enfuir du village n’était que le comportement des lâches se disait-il. Il préférait mourir sur le sol de ses ancêtres. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *