Les rythmes ternaires

Les rythmes ternaires

Par Quentin L’Arzillier

Publié le 15/10/12
Collection Classique
Les émois d’une jeune femme sensible, à l’orée de la vie…
Les talents authentiques d’une femme « à l’antique »…
L’hommage à une mère pétrie de culture « Grand Siècle »…
Tels sont les arpèges littéraires, récités sur un rythme ternaire, du premier mouvement de cet opus d’inspiration lyrique. Un intermède chuchoté précède le « Triptyque nuptial »,
le second mouvement joué sur la même cadence.
Le prélude et l’envoi colorent l’ensemble d’une tonalité florale.