Les senteurs de septembre

Les senteurs de septembre

Par Nazaire Houngnihin

Publié le 10/02/14
Collection Classique
Parce que la vie est un filet infini où l’amour guerroie avec la douleur, parce que le cœur souvent vainement se perd à chercher des antalgiques, la poésie, la douce poésie, silencieusement s’infiltre dans la douleur qu’elle corrode. Affranchissez-moi, vers, de la géhenne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *