L’incohérence des philosophes

L’incohérence des philosophes

Par Tahar MAHDI

Publié le 03/07/15
Collection Classique
Ghazali fut un vrai philosophe, il a permis à la philosophie humaine de se métamorphoser. La philosophie qu’il pratiquait n’était l’écho d’aucune autre, mais bel et bien celle de sa religiosité, de sa culture et de sa recherche de vérité aussi relative fut-elle puisqu’elle était basée uniquement sur les données épistémologiques de son temps.

Bien sûr, pour ceux qui prennent la philosophie grecque comme seule référence, Ghazali n’était pas un philosophe. Par contre, pour ceux qui pensent que la philosophie est une activité de l’intellect humain – conscient de son être et du monde qui l’entoure, sans être lié à la géographie ou à la culture d’une quelconque civilisation – cette interruption vis-à-vis de la philosophie constitue la preuve que Ghazali était un grand philosophe.

C’est en tout cas ce que l’auteur a essayé de montrer dans ce livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *