Éloge à l’obscurité

Éloge à l’obscurité

Par Outhman Boutisane

Publié le 04/06/15
Collection Classique
« J’imagine revoir la fuite de ton sourire stupéfait sur les branches de mon olivier. Il pleut ce soir, mais rien ne bouge au fond de moi. Amour, violence, désir annoncent une saison d’automne.
Je suis l’étranger.
J’écris sans espoir, sauf tes souvenirs qui me servent de lampe dans les ténèbres de ces nuits affreuses et froides.
L’amour est une tombe à moitié nue. La distance déchire mes reins. Il va être minuit. Je te promets une pluie d’étoiles filantes dans les jours qui viennent. Je t’attends ici, sous la pluie…sans espoir ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *