L’un de nous était de trop

L’un de nous était de trop

Par Jacques Lucchesi

Publié le 16/04/12
Classique
Le monde bruisse d’histoires inédites à foison et le travail du nouvelliste est sans doute d’en recueillir quelques-unes autant que d’en inventer d’autres. À lui, dès lors, de les réécrire à sa guise, d’une manière qui abolisse la distinction entre réalité et fiction. Si une vérité s’en dégage, ce sera celle du lecteur.
C’est à cette intersection que se situe cet ouvrage qui rassemble dix-huit moments d’un théâtre incertain, tour à tour tragiques, cruels ou même cocasses. Sosie malheureux d’un acteur célèbre, joueur flambé à sa propre chance, serial-killer superstitieux, mari jaloux, collectionneur obsessionnel, tortionnaire tourmenté ou philanthrope désabusé… Ils ont tous en commun de poursuivre leurs chimères jusqu’à tomber dans leurs propres abîmes. Mais n’est-ce pas là le destin des marionnettes ?