Miss Smalley, la dame au chocolat chaud

Miss Smalley, la dame au chocolat chaud

Par Chris Chenel

Publié le 17/06/15
Collection Classique

Tour à tour amusée, surprise ou émue, je l’écoute me raconter sa vie. Plus d’un siècle nous sépare, et alors ? Pour elle, je me suis faite «passeuse» de mots. Et j’ai compris pourquoi elle avait quitté le confort et la sécurité de son pays, les États-Unis, pour vivre au plus près des poilus. J’ai compris comment, pour ses «petits» qui repartaient au front, elle avait réussi à créer un îlot d’humanité au sein d’un océan de tourmente. Pour que la joie et les rêves masquent pour un temps la peur et l’horreur des tranchées.

Miss Evelyn Smalley a dirigé le foyer du soldat pendant un an dans un petit village du front de Champagne. Mon village, Bouy. Si elle a demandé à y reposer pour toujours, c’est bien qu’entre elle et ce village en guerre, il s’était passé quelque chose de fort, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *