Petits Poèmes à pleurir

Petits Poèmes à pleurir

Par René-Mathias Le Gall

Publié le 30/04/15
Collection Classique
« Féminines », « Mortes vives », « Clins d’yeux » et « Écumes » : quatre mouvements en ce recueil dont le titre annonce les couleurs (…« pleurir »…) : couleurs des mots, palettes infinies toujours, depuis les plus éclatantes jusqu’aux plus sombres, toutes en complétude.

Quatre mouvements donc, mais chacun en lui-même vibrant de vies, de personnages, de chemins, de cheminements.

Et toujours, dans l’écriture de René-Mathias Le Gall, cette précision, cette acuité de l’attention offerte aux détails du monde, que les mots, en musique, ouvrent, déploient, universalisent ! Tels des alchimistes, de beautés en cruautés intimement liées, ils nous portent vers des matières inattendues, voire inespérées, et même insoupçonnées…

Et tout cela est là, à notre… portée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *