Plein jour sur des heures noires

Plein jour sur des heures noires

Par Edith Weibel et Gérard Payen

Publié le 20/05/15
Collection Classique
Charles décide Pierre, son beau-père, à venir passer le prochain week-end avec lui à La Marée Verte, la maison où ils ne sont pas retournés depuis la mort tragique de sa mère. Reçu entre temps, un message anonyme et chargé de menaces, laisse entrevoir que l’ambiance ne sera pas celle des réunions familiales qui ont illuminé l’enfance de Charles. Le piège prendra consistance autour de comptes à régler, laissés trop longtemps en suspens, pour se refermer sur un geste irrémédiable dont la subtilité évite toute trace d’hémoglobine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *