Quand reviennent les âmes errantes, François Cheng

Quand reviennent les âmes errantes, François Cheng

 

 

 

Le grand poète »franco-chinois » François Cheng est de retour avec ce dernier livre Quand reviennent les âmes errantes.

Toujours le même talent !

 

 

 

La note de l’éditeur : Quand reviennent les âmes errantes 

Il y a dans cette œuvre atypique quelque chose de la tragédie grecque, de la poésie épique, ou même de l’oratorio (tant il est vrai que l’on imagine aisément une scène avec ces trois « voix » et ce chœur). Mais bien que l’on soit devant un grand poème spirituel en prose aux accents claudéliens, il y a bien là un récit, qui s’inscrit dans un cadre historique. Les trois personnages sont pris dans la tourmente de l’écroulement du dernier royaume indépendant devant le tyran qui prendra le nom de Premier empereur (fin du IIIe siècle avant J.-C.). Au milieu de ce chaos, deux hommes sont épris de la même femme, sans jalousie aucune. Le premier, joueur de zhou (instrument traditionnel à percussion), est autant l’incarnation du yin que le second, valeureux chevalier, l’est du yang. Tous deux périront dans d’atroces souffrances après avoir tenté vainement de s’approcher du tyran pour le supprimer. Entre eux et avec eux, la femme aimée incarne le souffle de vie, le désir généreux de pureté qui élève l’homme jusqu’à sa plus haute dimension. Et à cette hauteur, elle continuera à dialoguer par-delà la mort avec ses deux amours, dont lui reviennent les âmes errantes. Le livre se termine par une exaltation en vers de la « nuit mystique où la terre se donne au ciel », dans laquelle, comme dans le Cantique des cantiques biblique, on ne distingue pas toujours qui, des trois personnages, est le locuteur. Sublime !

Né en 1929 dans la province de Shandong, François Cheng vit en France depuis 1949. Universitaire, poète, calligraphe, traducteur en chinois de Baudelaire, Rimbaud, René Char, des surréalistes, etc., il est l’auteur de nombreux livres dont, aux éditions Albin Michel, Le Dit de Tianyi (prix Femina), L’Éternité n’est pas de trop ou Cinq méditations sur la beauté. Il a également reçu le Grand Prix de la Francophonie pour l’ensemble de son œuvre en 2001. Il a été élu à l’Académie française le 13 juin 2002.

Quand reviennent les âmes errantes, François Cheng, Essai (broché). Paru en 03/2012 : 14 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *