Réconciliation

Réconciliation

Par Vincent Godefroid

Publié le 27/03/12
Classique
Le début de la sagesse, c’est peut-être ça : perdre la boule et ne pas s’en faire. Car au début, on nous le dit : tu perds la tête ou quoi ? Ne pas s’en tracasser. Continuer. S’en sentir bien. En fait, continuer si l’on s’en ressent bien, évidemment, sinon on n’est pas prêt pour être normalement fou. Yvan et Wendy se sont rencontrés. Quoi de plus banal ? Pourtant, le hasard n’existant pas, ils ont tout de suite accrochés. Quelque chose d’indéfinissable s’est produit, qui a éveillé une étrange émotion en elle. Étrange parce qu’elle n’était pas bouleversante. Elle n’était pas non plus émoustillante ni brutale. Elle était douce et implacable, tendre mais forte. Immédiatement, un contact s’est établit, tonique, vibrant. Le Bois du Soleil est appelé ainsi parce que le soleil peut y entrer à satiété. Il y entre d’ailleurs à loisir et fait la gaîté. Ainsi, le Bois du Soleil ne souffre d’aucun excès d’humidité. Les arbres qui le peuplent, qui en font un bois, justement, sont tous assez espacés pour sauvegarder un climat asséché. Mais le Bois du Soleil offre aussi quelques lieux d’intimité. Les arbres y sont plus regroupés.