Sourires cruels

Sourires cruels

Par Lydie Cotton

Publié le 23/01/12
Coup de coeur
« Une femme brune est assise en face de moi. Habillée de noir. Elle se laisse bercer par la machine, perdue dans ses pensées. Soudain, elle lève la tête et me regarde : ses yeux légèrement bridés sont turquoises, transparents. L’effet est saisissant. La clarté et la fixité de son regard me troublent. J’en ai le souffle coupé. Une couleur extraordinaire, d’une limpidité indéfinissable, comme un lagon polynésien. Si toutefois je peux m’imaginer la couleur de la mer d’un lagon, ignorant tout du Pacifique, à part les reportages à la télévision. Sa chevelure noire relève la blancheur laiteuse de sa peau.
Jamais vu de tels yeux.
La fascination totale.
[…]
En quelques secondes j’ai saisi tous ces détails comme si j’avais pris possession de tout son être, de son âme. Un instantané ».

Composant avec les sentiments, les ressentis, la gentillesse, la méchanceté, l’imbécilité, l’ignorance, l’innocence, la bêtise, la curiosité, la jalousie, l’envie, la cupidité, le malheur, la maladie, l’auteur nous livre à travers les 14 chapitres de Sourires cruels, un recueil original et audacieux où nouvelles et poèmes s’entremêlent pour offrir au lecteur une vision surprenante et colorée de la pauvreté, de la richesse et des relations entre les êtres.