Tacite reconduction

Tacite reconduction

Par Céline Goin

Publié le 26/06/12
Classique
Marqué au fer rouge par la blessure ressentie et restée cachée du premier chagrin, il arrive parfois que l’on construise sa vie sur cette rencontre secrète.
C’est ainsi qu’on se retrouve comme un fétu de paille balloté à fleur de vague : un mouvement vous ramène toujours à ce point-là, sur le rivage, vers l’éternelle rencontre avec la souffrance nue.

…Et cette souffrance s’écoule et se répand, vous envahit, vous définit.
Elle prend, soit, différents visages, différentes amours, différents défis, différents chagrins, mais elle reste Une, unique et vous vous rendez bien compte que… vous revenez toujours à la même erreur, à la même douleur.
Tacite reconduction…

C’est ce retour continuel, ce chant qui ne varie que de quelques virgules mais reste le même qui est là, dans ces mots.
Les mots du néant…
Les mots de l’avant.